Je suis le Printemps, je suis l’Eté,
je suis l’Automne, je suis l’Hiver.
Je suis les Saisons.
Je suis les chemins que je traverse et les victoires que je conquis.


Virginie

Vous êtes ici

Qui suis-je ?

Quelle belle et Grande question. Toute une philosophie. Etre ou ne pas Etre telle est la question.  

Peut-être pourrais-je répondre  « Je pense donc Je suis », et je paraîtrais alors peut être bien cartésienne.  

Mais est-ce forcément exacte ? Je suis triste donc je pleure. Ou je pleure donc je suis triste. De nombreux scientifiques et philosophes ce sont déjà étalés sur la question, il n’est donc point utile de s’y étendre davantage. Point n’est ici la question.

Cela me fait penser à une petite anecdote que je vous représente en dessin (afin de rire de mes talents d’illustratrice, pourquoi pas ?! Faites vous plaisir !) et qui nous représente assez bien en général.  

Le « Je suis » pour nous définir schématiquement, comme un besoin à étiqueter le monde, les objets qui nous entourent comme les personnes et nous même. Pour autant, si l’étiquetage rassure, dans un premier temps, il peut également figer.  

Prenons l’exemple des troubles « dys », un sujet qui peut s’avérer, dès fois, épineux. Au vu du nombre d’enfants diagnostiqués dyslexiques par les orthophonistes dans le département 05, la MDPH a été obligée d’y mettre un frein.  

Le diagnostic est généralement posé suite à la visite d’un médecin spécialisé dans les troubles des apprentissages et à la production d’un bilan complet (neuropsychologique, psychologique, orthophonique, psychomoteur, orthoptiste). Mais, malheureusement, bien dès fois, le diagnostic se fait précocement, par un simple bilan chez l’orthophoniste. Et nous rencontrons, bien trop souvent, en libéral, des enfants qui n’évoluent que très peu, des enfants en baisse d’estime de Soi et des parents en plein désarroi. Certains enfants au tempérament déjà assez dépendants, le devienne encore plus de par l’intervention, pour autant bienveillante des AVS.  

Attention ! Le monde n’est pas noir ou blanc, ou même binaire. Il est fait de multiples couleurs comme de multiples cerveaux fonctionnant de multiples façons.  

Alors oui, pourquoi dire qu’un chat est un chat. Pour autant, un être humain est un être humain avec de multiples façons de fonctionner et évoluant à chaque seconde qui passe.  

Je ne dis pas d’enterrer le terme dys ou fumeur puisque c’est un fait. Mais, plutôt de le considérer plus comme un fonctionnement ou un comportement particulier à un instant T et non comme un Etat en Soi ! 

Très souvent nous ignorons l’importance de chaque mot, qui dès fois, même plus souvent que nous le pensons, est créateur de bien des maux !  

 

Le mieux ne serait-il pas de commencer sur un Air plus chaleureux à la BALAVOINE !  

« Je me présente, je m’appelle… » 

Je me présente, je m’appelle Virginie MAYOR. Je suis…Non, disons plutôt j’ai un diplôme de psychologue cognitiviste dit encore neuropsychologue. J’ai travaillé dans les ZEP avec des enfants et adolescents en difficulté scolaire par l’intermédiaire de CORIDYS. 

J’ai eu de nombreuses expériences en maison de retraite et en gérontologie. Dont une, qui m’a apporté énormément.  

Un monsieur que j’ai eu la chance de rencontrer. Laissez moi vous conter cette merveilleuse histoire :  

J’arrive en stage dans cette maison de retraite Alpine. On me présente les résidents dont un. On me dit, pour le présenter, qu’il est Alzheimer. Je vais vers lui et je lui demande de se présenter, de me dire qui il est, qu’elle était sa profession. Il faisait du bois ou plutôt il façonnait du bois comme un maître ! D’ailleurs, c’était un maître bien reconnu ! Mais un jour, il a fait faillite, son rêve s’est effacé et il s’est effacé avec. Cela faisait bien longtemps qu’il n’avait pas prononcé un seul mot et, là, juste avec une seule question toute simple comme ça ; Qui êtes vous ? Quel était votre métier ? Il recommence à parler avec, en guise de remerciement, un merveilleux sourire. Merci.  

J’ignorais, à ce moment là, que je venais de vivre un phénomène d’Hypnose, car si facile d’accès !  

J’ai travaillé, par la suite, dans un ESAT où j’y ai fait également de très belles rencontres mais pas le temps de tout vous raconter…Oui dommage. 

Puis, j’ai travaillé ensuite en maison d’enfants à caractère sanitaire et sociale. Ce cheminement m’a amené à me former davantage en psychologie de l’enfant et de l’adolescent puis en psychosomatique. La formation en psychosomatique m’amenant ainsi à l’hypnose.  

Dans un premier temps, comme tout le monde, je me rendais à la formation d’hypnose, l’air sceptique. Puis, je me suis rendue compte de tout ce que ça m’apportait chaque jour et encore aujourd’hui. C’est d’ailleurs avec un grand plaisir que je transmets cet apprentissage. Car c’est bien cela l’hypnose, un apprenti-sage ! 

Puis, je me suis formée en TCC, parfait complément à l’hypnose, cet état modifié de conscience que l’on peut retrouver également en mindfullness.  

Depuis quelques temps, je me suis lancée dans l’Art de l’écriture. Je me suis lancée. Toute petite, j’écrivais déjà des livres de conte secrètement. Aujourd’hui, je retourne donc à ma première passion, se mêlant parfaitement à ce travail passionnant qu’est la thérapie.  

Et d’ailleurs, je vous remercie tous pour cet échange et pour votre confiance.  

Je vous invite également à me suivre dans ce chassé-croisé entre l’Art de l’écriture et la thérapie, dans le nouvel atelier, encore appelé club des pasticheurs.